2018 © CHLOÉ BEAULAC

PÈLERIN-L'INCONNU / WANDERER-THE UNKNOWN
Présentement en création à Studio Éphémère-Métro Longueuil, local 101


Vue partiel des boitiers contenant les photographies

PROJET RECHERCHE/CRÉATION
« Pèlerin - l'inconnu »

En route pour notre rendez-vous hebdomadaire, mon bon ami se trouve à vélo sur la rue Sherbrooke pour me rejoindre. Soudain, une pile de classeurs en faux fini de bois d’apparence antique sur le bord du chemin attire son attention. Il s’arrête et ouvre alors un boitier, puis un autre et découvre le contenu avec excitation. Des photographies, en parfait état, de voyages à travers le monde, classées périodiquement par date, par lieu et par sujet, des années 1940 aux années 2000. Immédiatement, il m’appelle pour me dire qu’il s’excuse du retard et m’assure que le retard en vaudra la peine. À son arrivée, je découvre avec stupéfaction ce petit trésor. J’ouvre les boitiers et je me sens comme Amélie Poulin qui découvre la boîte de métal de monsieur Bretodeau ou encore comme les premiers acheteurs des lots qui contenaient les mystérieuses bobines de film-photo non développés de Vivian Maier. Des archives relatant une quantité astronomique de voyages à travers le monde – plus de 250 pays – conservées minutieusement et réparties dans dix classeurs comportant chacun plusieurs centaines de photos ! Nous avons passé la soirée à regarder les photos en imaginant le contexte et l’histoire derrière ses photos. Je regardais ces images, tous ces lieux, fascinée, et le lien avec mon travail artistique m’apparaissait évident.

Après des recherches extensives, nous avons découvert que cette personne était décédée et qu’aucun membre de la famille ni aucun ami proche ne désiraient récupérer la dite collection. Puisque personne ne voulait récupérer ce trésor, j’étais déterminée à en faire bon usage. Un usage créatif.

L’esprit et la forme du projet :

« Chacun d’entre nous est un monde inconnu à ses semblables, et pourrait raconter de soi une histoire ressemblant à celle de tout le monde, semblable à celle de personne. » ( George Sand )

Le projet de livre d’artiste « Pèlerin - L'inconnu » découle du désir de créer une série d’œuvres inédites inspirées par cette trouvaille extraordinaire qui documentent plus de cinquante années d’errance d’un étranger. En réfléchissant au contexte de ses photos et de leur découverte, je me suis mise à me questionner sur l’utilisation de l’objet imprimé comme mémento, sur l’interchangeabilité des souvenirs, sur le sens potentiellement « universel » à tirer de tous ces moments privés qui appartiennent à autrui et à la manière de me les approprier. Je me suis également demandé ce que pouvait impliquer et signifier l’abandon de ce vestige identitaire. Qu’arrive-t-il lorsque l’objet destiné à se remémorer un moment, un souvenir particulier et personnel n’a plus aucun destinataire ? Autant d’images capturant chacune un moment où le globe-trotteur a donné de l’importance à une myriade de détails. Des lieux, des paysages à la nature diversifiée, des rencontres, et encore beaucoup de paysages, jusqu’à ce qu’ils forment un récit, un cheminement visuel, tant de lieux et de distance parcourue qu’on aurait presque dit un pèlerinage ou une quête. Une recherche de soi dans le déplacement perpétuel. Voilà pourquoi j’ai eu envie de mettre en valeur son contenu, précisément parce que je m’y suis retrouvé, je m’y suis reconnue.

« I am he as you are he as you are me and we are all together. »
( John Lennon )

Voici ce que je vais faire : son voyage sera le mien, et le mien le sien, pour devenir autre chose. À travers la production d’une vaste série d’images numériques, je veux créer un univers mnémonique imaginaire qui pigera dans le bagage photographique personnel de cet inconnu et dans le mien, brouillant les individualités ( aucun visage ne sera reconnaissable ), tout en exprimant ma vision multiforme parfois ludique de ce qu’est « l’expérience du voyage », de la quête de l’Humain, où le désir de sens, la projection et le rêve s’entremêlent pour habiter chaque lieu et moment. Je vais également m’inspirer et jouer sur le sens spirituel donné à cette même expérience dans différentes cultures présentes à même la documentation du pèlerin et la mienne. Par exemple, à maintes reprises on aperçoit des lieux de culte, des temples ou lieux de pèlerinage reconnaissables tel que le palais Potala à Lhasa au Tibet, ou la Vallée des Rois à Louxor en Égypte (nécropole de rois et reines) pour ne nommer qu’eux. Une sélection de ces types de lieux – utilisés en entier comme fonds ou sectionnés – sera utilisée en photomontage, ainsi que des sites et paysages naturels sacrés ou non. D’autres éléments symboliques culturels seront aussi intégrés afin de créer des compositions intrigantes où règne une ambiance de sacré. Ces éléments seront l’expression imaginaire de différentes identités culturelles fusionnées, et regrouperont une imagerie reliée au territoire, à la faune, à la flore, aux rituels (Quimbois, vaudou, sorcellerie, etc), aux croyances métissées (christianisme, bouddhisme, taoïsme, judaïsme, ésotérisme, etc) et à histoire. Plusieurs éléments d’une multiplicité de photographies pourront donc être métissées à l’intérieur d’une seule image. Les personnages, qui apparaitront à l’occasion, seront systématiquement brouillés ou vidés pour devenir des silhouettes interchangeables, dont le contenu sera abstrait ou inhumain, représentant d’avantage des « entités », symbolisant une présence humaine ou énergétique, ou encore une forme de « portail » ou de miroir entre le monde naturel et spirituel fantastique dans lequel le lecteur pourra se projeter.

http://www.chloebeaulac.com/files/gimgs/th-172_3_ vue du classement_v2.jpg